21/02/2019

… Il ôta l'armure, ne retrouva d'elle que la garde et ce qui la liait à l'autre lame. Imlyn de tous ses crocs sourit lorsque la peur fit reculer Darshaan. D'un coup de la mâchoire, le fixant, elle rompit le cercle de combat. Il vit les crocs transpercer l'aranth, les runes s'effacer, les gardes tomber en poussières. Imlyn contre lui marcha, emplie des forces du néant, dévorant à belle dents quiconque s'interposait entre elle et Darshaan.

-- Ainsi donc tu croyais m'occire petit dieu, ainsi donc tu songeais qu'une simple lame m'enverrait rejoindre celle que tu emprisonnas. C'est qu'à la guerre tu n'entends rien si telles sont tes croyances. Il n'est pour moi pas venu le temps de te tuer.

-- Le peux-tu seulement espèce de louve contre nature? Tu n'es qu'une bête. Face à mon essence tu n'es rien.

Sous le tombereau il dressait porte noire, usait des rituels sombres pour relever les morts, les démembrer et de ces chairs livides se faire une armure vivante...


21/02/2019

Femme mante, conseillère et protectrice de Darshaan, dieu de malemort.


03/01/2019

Les royaumes étaient jeunes encore aux temps des faits contés en ce grimoire. Les montagnes s'élevaient en de grands cataclysmes, poussées depuis le dedans de la terre par les forces des titans bâtisseurs. L'astre d'or et les trois lunes concouraient à la création des forêts antiques où jouaient les premières âmes. De leurs rages les titans creusaient la terre qui elle seule décidait du lit de ses rivières, des abîmes de ses lacs que les pleurs des landes d'azur emplissaient. Ilhyya de son sein créait les vastes terres, de sa force et de son amour engendrait les royaumes où, bien des âges plus tard, devaient vivre et s'étendre les peuples nés des dieux.

Les anges immatures étaient encore des géants bien plus hauts que les plus hauts des sommets lorsque le sombre royaume à la Mort fut confié.


03/01/2019

Tercet de l'ami Higuma San, prélude au roman:

 

Dominant bêtes, esprits et dieux,

En tout lieux répandant la malemort.

Par la louve il sera combattu.


10/01/2019

Les royaumes étaient jeunes encore aux temps des faits contés en ce grimoire. Les montagnes s'élevaient en de grands cataclysmes, poussées depuis le dedans de la terre par la force des titans bâtisseurs. L'astre d'or et les trois lunes concouraient à la création des forêts antiques où jouaient les premières âmes. De leurs rages les titans creusaient la terre qui elle seule décidait du lit de ses rivières, des abîmes de ses lacs que les pleurs des landes d'azur emplissaient...


14/10/2019

 En ouragans de chairs et de sangs ils s’en vinrent l’entourer, protégeant de cette tempête les mots secrets que la Belle Dame leur confiait.

– Il me faut, pour une année entière me retirer en ces murs. Aux psychopompes dites bien de conduire les âmes en les sanctuaires de pierre, aux chasseurs des âmes rétives dites de faire banquet. Aux autres promettez mon retour prochain.

– Et que dirons nous aux dieux, demandèrent-ils d’une seule voix ?

– Dites leur que rien ne troublera la vie des royaumes. Le temps de votre départ est venu. En tous lieux faites écho de la nouvelle dont ici je vous fais part. Allez sans tarder faire délivrance de ma missive, visitez les dieux, les esprits et les titans, les âmes nouvelles et

les anciennes. Allez jusque devant la Grande Déesse porter mes mots. Ne craignez aucun mal vous demeurerez à chaque instant sous ma protection, nulle mort ne saurez vous terrasser.

 


21/01/2019

Dans l'animalité de leur âme ils puisaient à la source du lien qui les unissait aux bêtes protectrices. Certains firent ainsi leur apparence, hommes-bêtes aux féroces instincts. Les mantes, cessant le combat, regagnaient leurs antres d'herbes, de feuilles et de bois,

dissimulées au cœur de la nature. Avec patience elles guettaient ces charges, cet empressement mortel. Darshaan de ses sangs assassins tirait poisons et philtres de mort qu'en prodigue ami il versait sur leurs mandibules, sur le bout de leurs pattes armées de griffes de métal. Et l'herbe rouge, sous les pas furieux des dieux, s'orna bientôt des fleurs des morts.


31/01/2019


31/01/2019

 

 … Ses yeux avaient désormais couleur d’améthyste, ils flamboyaient tandis que de sa gorge s’échappaient les mots de magie.

 

 

 

Ô ancêtres aux longs crocs, ô nobles pairs levez-vous.

 

Des tertres, des terres de mort revenez en cette nuit sombre,

 

Il est pour vous une chasse, une traque des rouges ombres.

 

Sur l’autel de mon âme je vous livre le dieu fou.

 

 

 

Que vos os blanchis par les mille milliers de lunes cruelles

 

Se couvrent de chairs, que coulent les sangs nobles et fiers

 

Des loups de la grande meute, et de nos frères solitaires.

 

Faites des vents votre sang, que s’accomplisse le rituel.

 

 


06/02/2019

     Il découvrait avec terreur le spectacle des loups incarnés guettant et célébrant le retour des âmes ancestrales. Les mille meutes de jadis n'en formaient plus qu'une tandis qu'elle marchait au devant d'eux, louve maîtresse, ses crocs luisant dans la nuit. Sans un cri elle ordonnait la chasse, courait à perdre haleine à la suite de ses émissaires et de ses yeux tapis dans l'ombre. Dans les brumes de sang elle plantait ses crocs dedans la chair tendre du dieu sombre, goûtait la malemort.