Les chimères, ces bêtes redoutables et redoutées comptent parmi les créatures les plus fortes des royaumes. Elles sont, comme maints le savent, l'union en un être de plusieurs créatures. Vivant en toutes les grandes terres, ne craignant la rudesse d'aucun climat elles vivent éloignées des hommes, plus sages et sauvages que bien des bêtes. Loin de l'union du lion, de la chèvre et du serpent la nature, le temps et les unions arcaniques donnèrent naissance à bien des espèces dont les cris retentissent encore dans le souvenir des explorateurs aventureux.

    Dès leur naissance s'éveillent pour elles la connaissance des magies, connaissances dont usent les parents pour protéger leurs petits des prédateurs fort nombreux. Bien que leur mode de reproduction ne fût connu la légende raconte que les chimères donneraient une fois le demi siècle naissance à une portée dont les plus faibles finissent dévorer par leurs pairs ce qui explique leur nombre fort restreint. Mais ces mœurs qui semblent dures voire impitoyables ne sont que le reflet de leur caractère.

     Bêtes hautes et de fortes statures  elles possèdent dans la différences des bêtes qui les composent un équilibre, une harmonie des corps qui leur octroie de bien forts et rares

pouvoirs, dont celui de ne rien craindre des alchimistes. Elle est bête naturelle et tous ceux qui ont tenté un jour d'en créer une ne firent naître que bêtes de cauchemars qui les dévorèrent et moururent sitôt le meurtre accompli. Elles savent rivaliser avec les plus sages des hommes lorsque la situation l'exige. Peu enclines à la métamorphose elles ne changent leur corps qu'en cas de danger mortel, bouleversant alors l'équilibre qui les maintient. Leur longévité, bien que grande, n'est que de trois cents ans là où certains peuples peuvent atteindre plus du double.

     Leurs cadavres font l'objet de soins vigilants. Bien des malandrins recherchent dans ces dépouilles vestiges de magie et talismans que les rumeurs élèvent au rang de reliques divines. Si un couple vient à laisser derrière lui un orphelin alors les chasseurs préfèrent souvent l'abattre. Quelques rares cas furent rapportés de petits adoptés par des hommes. Ces phénomènes restent très exceptionnels. Lorsque la Nature a repris ses droits et ensevelis le cadavre il devient inaccessible et les gardiens s'en retournent.

     Les chimères, ainsi que vous le découvrez sont de fascinantes bêtes dont l'étude remplit à ce jour bien des rayonnages de la grande bibliothèque d'Igoma, citadelle des Érudits. Si par un heureux jour vous croisez leur chemin ne vous approchez pas et observez de loin ces prodiges de la nature. Ceux qui se sont trop aventurés ont bien souvent péri. Ceux qui ont survécu ne furent plus jamais les même.